On m’a dit: « Si tu vas à Baie-St-Paul, tu ne voudras peut-être pas repartir! ».

C’est sur cet air de défi que j’ai décidé d’aller visiter ce coin de notre province que je n’avais encore jamais visité 🧐

Le 3 août dernier, j’allais voir NOFX au Festivent de Lévis. Un événement marqué à mon agenda depuis belle lurette. N’ayant plus de voiture, c’était l’occasion parfaite pour me quêter un lift et ensuite, poursuivre ma route vers Baie-St-Paul avec le magnifique train de Charlevoix. Ce n’est pas arrivé! En fait, NOFX est arrivé, mais une copine, également travailleuse autonome, s’est offerte de m’accompagner dans Charlevoix… voulant essayer ça, le travail version nomade. Elle est donc venue me chercher dans le Vieux-Québec, le samedi matin, et nous avons pris la route. #MonCharlevoix, charme-moi!

Premier arrêt : L’auberge de jeunesse de La Malbaie

Ce sympa petit auberge de jeunesse du réseau Hi Canada est situé à Pointe-au-Pic. Celle qui offre une vue incomparable sur le Fleuve St-Laurent comporte plusieurs dortoirs et chambres privées, un pub proposant une liste assez exhaustive de bières de microbrasseries québécoises et un terrain digne d’une soirée en région (feu de camp, jeux de fer et de pétanque). À notre arrivée, et après avoir dégusté une première bière: la Sour French Kiss de la micro de Charlevoix, nous avons pris la voiture pour explorer. La Malbaie semblait si grande, tout semblait si éloigné…

Après (seulement) quelques minutes de voiture, nous avons découvert le « centre-ville » de Pointe-au-Pic. Un petit secteur magnifique où se multiplie les restaurants et où se trouve la gare du Train de Charlevoix. Nous avons donc opté pour un restaurant avec vue sur le Fleuve et ajouté le secteur de la gare à notre itinéraire du dimanche matin.

Au retour, l’auberge avait organisé une petite soirée musicale en compagnie de Stéphanie St-Jean, gagnante de La Voix 2016. Une soirée qui s’est terminée sur le bord du feu en compagnie de la chanteuse, de gens du coin et des trois Français débarquant de Lille qui peinaient à nous comprendre. C’était plus-que-parfait!

Deuxième arrêt : La plage municipale de Saint-Irénée

Nous avons quitté La Malbaie dimanche après-midi, après une marche dans les sentiers du Casino de Charlevoix et une guédille au poulet de Chez Chantal, pour nous rendre à Saint-Irénée. On m’avait fortement recommandé la magnifique plage du village. Nous sommes donc arrivées à la plage vers 14 h pour profiter de la journée chaude et ensoleillée. La plage est superbe, malgré qu’elle soit très rocailleuse, il y a peu de monde et l’eau est belle (mettons qu’on la compare à la plage d’Oka). Le seul bémol : l’eau est extrêmement froide. Moi qui n’y vois pas d’inconvénient habituellement, j’étais incapable d’y mettre mes pieds plus de 10 secondes. J’admire ceux et celles qui s’y sont baignés pendant une bonne partie de l’après-midi. On peut toutefois en profiter pour s’installer confortablement sur le sable et lire un livre. Il y a aussi plusieurs casse-croûtes sur place, on peut donc assouvir notre envie d’une petite molle 🍦

Troisième et dernier arrêt : Baie-St-Paul pour 4 nuits

Je vais d’abord commencer par vous parler de l’hébergement. Ici, comme à La Malbaie, nous avions opté pour une auberge de jeunesse : L’Auberge des Balcons. Elle ne fait pas partie du réseau Hi Canada, mais elle contient les mêmes merveilleux équipements : des lits superposés, une cuisine communautaire, un salon communautaire, des jeux, des VHS et… un couvre-feu. Elle est située dans le vieux couvent des Petites Franciscaines de Marie, maintenant revitalisé et devenu la Maison Mère, un endroit qui pullule de projets innovants, qui abrite un espace de co-travail (j’en parle plus bas) et qui est situé en plein coeur du centre-ville de Baie-Saint-Paul. J’avais d’ailleurs découvert cet endroit grâce à CreativeMornings Montréal. Gabrielle, Adjointe de direction et responsable des communications de Maison Mère, était venue nous en parler lors d’un événement. J’avais été charmée faut croire!

Les activités

J1. Notre première activité officielle fut la visite de l’Isle-aux-Coudres. On s’y rend grâce à un traversier gratuit qui part de Les Éboulements, un des plus beaux villages du Québec selon leur pancarte d’accueil et qui est situé à quelques minutes de Baie-Saint-Paul. L’île est toute petite. Il ne faut pas s’attendre à grand-chose avant de s’y rendre. On risque d’être déçu. Des maisons, des petits commerces, des activités de location de vélos, de paddleboard (quoique je n’aurais pas tenté l’expérience lors de notre visite) et des cours d’initiation au kitesurf. L’Isle-aux-Coudres est d’ailleurs considéré comme un des endroits de prédilection pour les amateurs de kite. Lors de notre très court passage, c’est La Fabrique de l’Isle qui a été mon gros gros coup de coeur. Un petit café-boutique qui me rappelait les petits cafés-boutiques du Mile End, mais avec le paysage de l’Isle-aux-Coudres. C’était juste wow!

J2. La deuxième journée, il pleuvait, faque nous en avons profité pour travailler. Nous avons passé la journée à La Procure (toujours plus bas pour les détails) et ensuite, nous sommes allées explorer les jardins et le boisé du Quai. À partir de la Maison Mère, on marche un mince 1.2 km et cela nous mène directement sur la plage de Baie-Saint-Paul, en plus de nous faire passer dans la ferme de l’Hôtel Germain. ALLO LES ALPAGAS! C’est en cette journée que j’ai découvert une chose… Baie-Saint-Paul, c’est très très très petit! 😂

J3. Pour notre dernière journée, nous avons opté pour un après-midi à la plage de Baie-Saint-Paul pour une petite baignade tranquille dans le fleuve (beaucoup plus chaud qu’à la plage de Saint-Irénée) et une visite au Massif de Charlevoix (parce qu’aussi grande skieuse que je suis, je ne suis jamais allée au Massif). J’avais tellement entendu parler de la vue du Fleuve que nous avons fait quelques pas sur la montagne pour trouver LA VUE! Chose faite, nous sommes retournées à Baie-Saint-Paul où nous avons terminé la soirée autour d’un feu en compagnie d’une gentille connaissance de Baie-Saint-Paul.

Trois jours d’activités, entrelacés de quelques heures de travail, qui m’ont tout de même permis de relaxer un brin.

La gastronomie Charlevoisienne

Pour notre tout premier souper, nous avons opté pour le Saint-Pub, le restaurant de la Microbrasserie de Charlevoix. Nous, qui étions arrêtées pour déguster une bière (ou deux), avons décidé de rester pour le souper. Avec le line-up continuel à l’entrée du restaurant, on s’attendait à quelque chose de très fabuleux. Finalement, c’était OK… Un pub comme les autres, quoi! Mais… La bière était dé-licieuse!

Pour notre deuxième soirée, nous avons opté pour le Mouton noir. Nous étions tombées par hasard sur ce restaurant lors de notre première marche autour de la Maison Mère. C’est la magnifique terrasse qui surplombe la rivière du Gouffre qui nous avait donné envie de l’essayer. Ça pis le boudin noir sur le menu de l’ardoise. Le Mouton noir propose une tablée un peu chère pour ceux et celles qui cherchent à voyager à petit prix, mais si vous voulez goûter la gastronomie de la région, ce resto en vaut franchement le détour.

Lors de notre avant-dernière soirée, nous étions mitigées. Plus que deux soirs pour goûter à tout ce qui se fait de mieux à Baie-Saint-Paul… Ça rend les décisions difficiles. Finalement, nous avons opté pour Le Diapason, un petit bistro alsacien situé en plein coeur de Baie-Saint-Paul. La soupe aux légumes et la flammekueche aux escargots étaient toutes les deux savoureuses. Un gros coup de coeur finalement!

Enfin, pour notre dernière soirée, nous avons décidé d’essayer un des deux restaurants de l’Hôtel Germain: Le Bercail. L’hôtel est très réputé, j’avais donc beaucoup d’attente. Même si le service n’était pas exceptionnel (je pense que notre serveur avait de la broue dans l’toupet), je dois dire que mon potage de légumes et mon tartare de boeuf étaient tous les deux à la hauteur de mes attentes. Ça finissait très bien mon séjour à Baie-Saint-Paul.

La Procure

C’est ici que j’en parle! La Procure est un espace de co-travail, situé à même la Maison Mère. Parfaitement bien aménagé, il rappelle les espaces de co-travail de Montréal.

On peut y travailler pour 5 $ la demi-journée et 10 $ la journée complète. C’est particulièrement une aubaine pour ceux et celles qui connaissent les tarifs montréalais. L’aménagement d’un espace comme celui-ci dans une ville aussi touristique que Baie-Saint-Paul, c’est loin d’être une idée saugrenue. Avec les ententes entre l’Auberge, le café (Café Mousse situé à deux escaliers de l’espace) et l’espace de co-travail, ça fait des petites semi-vacances pas si chères pour les travailleurs autonomes qui, comme moi, ont envie de tenter l’expérience de travail à distance dans un endroit charmant.

Sérieux! On en veut dans toutes les villes des espaces comme celui-ci.

Le retour à Montréal

Nous avons levé les pattes de Baie-Saint-Paul le jeudi matin à 7 h 30 dans le but d’être à Montréal en début d’après-midi. Il faisait un peu moins chaud à Baie-Saint-Paul, nous appréhendions donc les températures chaudes de la ville. Comme de fait, à notre arrivée en trafic sur la Métropolitaine, on a constaté l’ampleur: Montréal en été, c’pas beau pis c’est bin trop chaud! Ne vous détrompez pas, J’ADORE MA VILLE… Mais se promener sur les routes de Charlevoix met beaucoup de choses en perspective. C’est peut-être moi qui vieillis, j’en conviens, mais l’été à Montréal, malgré nos excellents festivals, c’est pas si agréable, point!

Non, je n’ai pas eu envie de rester à Baie-Saint-Paul, pas cet été en tout cas, mais Charlevoix m’a donné bien des idées pour préparer le prochain été.