Oh que ça fait longtemps que je n’ai pas écrit ici! J’ai été quelque peu occupée dans les dernières semaines avec l’arrivée d’une coloc pis quelques nouveaux mandats plutôt emballants! Mais là, j’avais envie de vous jaser de la semaine « Le poids sans commentaire » qui se termine demain. Pas une longue tirade à ce sujet, mais une toute petite jasette.

« Mon poids sans commentaire », ce n’est pas un message que j’envoie aux personnes de mon entourage, parce que ces personnes, ils m’ont toujours acceptés peu importe le poids qui s’affiche sur ma balance.

« Le poids sans commentaire », c’est un message nécessaire… à moi de moi.

Commenter mon poids, c’est quelque chose que je fais depuis maintenant un peu plus d’un an. J’en parle, à tous les jours, avec les gens qui m’entourent, avec moi-même, devant mon miroir, sur ma balance, quand je me néglige et je travaille plusieurs jours de suite à la maison (parce que je suis trop « vedge » pour sortir et marcher jusqu’au café du coin). Depuis bientôt un an, ça en est devenu une obsession. Pas une grosse obsession, mais quand même une petite pour en parler trop souvent!

Long-short story

En fin août 2017, j’ai décidé d’embarquer dans un plan alimentaire. Mon alimentation était planifiée 7 jours sur 7 (du gruau nature, le matin, au poulet sans sel, sans beurre, sans crème, le soir). Ma consommation d’alcool était réduite… à néant (bon… 1-2 verres par semaine pendant 3 mois, ce qui signifie… à néant… pour moi). Mettons que les 5 à 7 et les soupers au restaurant étaient pas mal exclus de mon quotidien.

Quand le plan s’est terminé, en décembre 2017, je n’ai pas replongé dans les vieilles habitudes. J’ai continué de le suivre, en me permettant quelques excès, et tout en continuant de modifier ma façon de vivre : marcher plus, ne plus prendre ma voiture (que j’ai finalement vendue en juin 2018), continuer de faire attention, choisir des plats plus « santé » dans les restaurants. Pis tout ça se passe bien, sauf quand ça ne se passe pas bien (tsé)… Que je bois trop, que je mange mal, que je ne sors pas de la maison pis que mes trois cercles d’activités sur ma Apple Watch ne sont pas complétés (🙄). À ce moment-là, je finis par me sentir coupable. Pis même si j’ai beau me dire « Qu’est-ce que prendre temporairement 2-3 livres après en avoir perdu 25? », ça change rien. Je parle de mon poids. Je pense à mon poids.

Faque « Le poids sans commentaire », c’est une façon de me rappeler que là, maintenant, ça suffit! Je ne serai jamais réellement satisfaite de mon poids, aussi bien apprendre à vivre avec… un jour à la fois… pis mes propres commentaires à ce sujet devraient être prohibés (à tout jamais).

La semaine « Le poids sans commentaire »

La semaine « Le poids sans commentaire » est une initiative de ÉquiLibre qui souhaite sensibiliser l’ensemble de la population québécoise (et surtout les adolescent.e.s âgé.e.s de 13 à 17 ans) aux répercussions négatives des commentaires qu’ils émettent et reçoivent en ligne. C’est une semaine où l’on prend l’engagement de pas faire de commentaires à ce sujet. Commençons par une semaine et continuons ensuite, à tous les jours!

© Photo by i yunmai on Unsplash