C’est juste un tout petit texte pour vous jaser de l’UQAM pis les célébrations des 50 ans qui auront lieu toute l’année.

À ma sortie du Cégep, j’ai décidé de poursuivre mes études en psychologie à l’Université de Montréal. Je ne me souviens plus trop pourquoi j’avais opté pour cette université. Je me sentais peut-être interpelée par la colline, who knows? Toutefois, à l’automne 2006, après avoir entamé ma cinquième session du baccalauréat, j’étais en grande remise en question.

Il faut dire qu’avec ma cote Z de l’époque, je n’allais certainement pas devenir psychologue comme je l’avais envisagé. Je ne voyais plus trop à quoi me servirait le baccalauréat. Puis, je ne me sentais pas trop à l’aise dans cette université. L’ambiance, les gens, l’orientation très théorique et peu pratique, rien ne me ressemblait vraiment.

Pis le premier cours du matin commençait à 8 h. Sérieux, 8 h, c’est beaucoup trop tôt!

J’ai donc décidé de me réorienter pis l’UQAM était la seule autre université francophone sur l’île de Montréal.

Pour une fille qui, à l’époque, était en couple et n’avait aucune intention de déménager dans une autre grande ville universitaire du Québec, le choix était donc facile.

Après une session de cours à titre d’étudiante libre (j’étais vraiment en remise en question, tsé), j’ai fait mon choix : le baccalauréat en Animation et recherches culturelles. Une décision que je n’ai jamais regrettée!

Je n’ai, encore aujourd’hui, jamais entendu parler d’un bac aussi semblable que celui d’ARC de l’UQAM. Pis, pour connaître plusieurs diplômé.e.s de cette formation (et sans le savoir, vous en connaissez probablement vous aussi), elles (et ils) ont assez bien réussi. Personne n’en sort pas avec un métier particulier, mais la plupart des finissant.e.s que je côtoie encore aujourd’hui a pas mal réussi à se tailler une place dans la société.

D’ailleurs, saviez-vous qu’en 1980, des étudiants se sont battus pour dire non à la mise en tutelle de ce programme –> genre de truc qu’on apprend quand on regarde la ligne du temps mise en place par l’UQAM

© UQAM

Les événements du 50e

Alors, parce que je suis uqamienne et fière de l’être, et afin de célébrer cette université qui m’a formé, qui m’a permis de rencontrer une panoplie de personnes franchement inspirantes, qui m’a donné l’occasion de prendre position, autant lors de la présentation du plan de cours (oui, à l’UQAM, on vote le plan de cours) que lors des grèves étudiantes, je vais surveiller les événements qui seront organisés pendant toute l’année juste ici : https://50ans.uqam.ca/evenements/.

Bon 50e à mon université!

via GIPHY

Photo © UQAM

p.s. Ce texte a été écrit par pur plaisir.