Tout d’abord, qui suis-je?

Je m’appelle Andréanne O’Bomsawin.

Comme à l’âge adulte, on a souvent tendance à se présenter en fonction de notre vie professionnelle, je vais commencer ainsi. Donc, professionnellement, je suis stratège et gestionnaire de réseaux sociaux à la pige depuis 4 ans. C’est donc un travail qui me permet de modeler mon horaire, mais qui parfois, me surmène assez pour en oublier tous mes projets personnels (genre, mon blogue). 

Bon, maintenant que la présentation de ma vie professionnelle est faite, passons au personnel, car ce blogue, il se veut avant tout un espace pour me permettre de jaser de trucs personnels, et non, professionnels.

J’ai 35 ans, je n’ai pas d’enfant (donc je ne jase pas de boulot-enfant-dodo), mais j’ai un chat qui s’appelle Gaston. Je suis célibataire, j’habite Ahuntsic pis j’aime les tacos (c’est sérieux, j’ai même un tatouage qui peut te le prouver – Denise Bombardier s’en pèterait la tête sur un mur). Je suis une télé addict (Netflix, Amazon Prime, Crave, mais surtout, ce qui est produit au Québec avant tout), j’adore le plein air, la lecture, le ski alpin et plein d’autres choses que tu découvriras sur ce blogue. Je ne te dirai pas tout ici, quand même! 

Rue St-Vallier, pourquoi?

Rue St-Vallier n’est ni un blogue sur la rue St-Vallier ni un collectif pour les résident.e.s de la rue St-Vallier, quoiqu’ils sont tou.te.s invité.e.s à suivre mon blogue si l’intérêt leur en dit! 

J’ai opté pour ce nom de blogue, parce que c’est sur cette rue que ma vie culturelle et montréalaise a commencé. Je partais de Laval, j’avais 16 ans pis, à cette époque, tout ce que je connaissais de Montréal c’était la rue Saint-Denis (sur le plateau), le centre-ville et le skatepark du parc Ahuntsic, tous des endroits parfaits pour flâner avec des ami.e.s. 

Ma mère avait loué un appartement sur la rue Saint-Vallier, entre Beaubien et Bellechasse, pendant la rénovation de notre prochain domicile, situé dans Ahuntsic. C’était un appartement plutôt modeste, je couchais par terre, dans le bureau, sur un matelas semi-confo, mais c’était chouette! La cour arrière était remplie de plantes et d’arbres, ça faisait changement de notre cour arrière de banlieue, à Sainte-Dorothée: du beau gazon vert, mais pas d’arbre.

C’était l’été avant mon entrée en secondaire 5. Mes ami.e.s habitaient en banlieue, j’étais donc seule pas mal tout le temps. Je ne savais pas trop quoi faire avec ma vie. Faque je sortais pis j’allais me balader un peu partout dans Montréal. J’ai appris à connaître la ville, ses arrondissements qui ont des ambiances bien distinctes, en me promenant de métro en métro, et de festival en festival. 

Cette liberté que j’ai ressentie, mais aussi cette occasion que j’ai eue de découvrir la ville et ses attraits, lors de mon passage sur la rue St-Vallier, j’ai envie de la transposer dans des textes. Il m’arrive souvent de partir (la plupart du temps seule), et découvrir des endroits, des restaurants, des personnes, des projets qui valent la peine d’être partagés. Je le ferai donc, ici, sur Rue St-Vallier, un espace que je me suis créé pour vous parler de mes découvertes, mes explorations et mes inspirations.

Sur les réseaux sociaux

J’aimerais terminer cette présentation en vous invitant à vous abonner aux réseaux sociaux de ce blogue. Quand j’ai lancé ce blogue, j’ai longuement réfléchi avant de créer des réseaux sociaux associés. J’ai déjà, personnellement, beaucoup de comptes à gérer, je trouvais que ça en rajoutait. Mais comme je ne voulais pas mélanger le personnel avec le professionnel, j’ai donc décidé de créer : une page Facebook et un compte Instagram. N’hésitez pas à me suivre.